J’ai fait un écart. Allez-y, défoncez moi la gueule…

Prochainement je vous parlerai plus en profondeur des difficultés du végétalisme lorsque l’on souffre de T.C.A (troubles du comportement alimentaires, dans mon cas un des symptôme du borderline), en tout cas je parlerai des miennes. J’essaierai de vous expliquer la complexité de la situation « pulsions pour du fromage VS convictions personnelles » et croyez moi c’est pas qu’une question de force mentale.

Mais auourd’hui je voudrais me concentrer sur un moment en particulier, il y a de ça environ 1 semaine, et parler des réactions qu’il y a eu autour, parce que j’ai fait un écart alimentaire sans réelle raison valable (sur le coup) et me suis payé un feuilleté épinards-chèvre au resto. J’ai mis une photo de tout le repas (le reste était 100 % vegane) sur Insta, j’ai pas menti j’ai précisé que j’ai fait un écart et la… boum
Ceux qui vivent en véganie depuis un certain temps le savent, ceux qu’on appelle entre nous à la rédac de LTTP les « végestapo » (oui, on a osé!) sont une plaie ouverte et infectée, et si t’essaies de t’y frotter tu te prend le spray qui pique hyper fort dans les yeux. On les appelle plus courement la police végane et la plupart de ces gens sont membre d’un célèbre goupe Facebook, les VVV.  Les carnistes les appellent les « véganes extrémistes » et perso je les appelle juste des cons. Quoi ? Ca va plus vite, c’est plus court, c’est tout. Et sur Twitter c’est important okay ?!

Si tu oses te tromper en lisant une étiquette (et en 2017 allez, c’est plus possible, comment peux-tu encore confondre  « 5405vfjkvd4059focX2 » qui signifie « extrait de poudre de lait de vache » avec « 5404vfjkvv4059foqX2 » qui signifie « poudre de lait de soja bio »)(cherche pas sur google, ces trucs ne veulent rien dire), si tu as le culot d’utiliser une expression spéciste, que tu as l’insolence (coeurs coeurs coeurs) de rire devant la vidéo d’un chat, que tu ne milites pas assez à leur gout, ou pas assez bien, si tu portes un t-shirt avec un cheval (oui c’est de l’exploitation d’image tu captes oui ou bien ?) et que tu passes pas au moins 6 heures par jour à signer des pétitions alors tu es un mauvais végane, qui nuit à la cause et ne sert à rien. Prend ton baluchon et retourne chez tes parents en pleurnichant, t’es rien qu’une grosse merde.

Mais consoles-toi, il y a pire : tu pourrais faire partie d’une des deux catégories que les VVV détestent le plus : les végétariens (oui même en transition)(ah quand je te dis qu’ils sont cons, tu me crois maintenant ?!), et…. ceux qui font des écarts. Même un. Même si ça va très mal et que sur l’instant c’était ça ou crever son dernier oeil à mamie et lui bruler les oreilles avec des vidéos d’AnneSoFruit. Et forcer mamie à se taper AnneSo en boucle, c’est pas très cool, donc des fois, certaines personnes font des écarts.

Et la c’est le végédrama. T’as plutôt intérêt à bien cacher tes ballonnements ou ta culpabilité sous ta salade de carottes râpées-soja parce que si tu te fais démasquer, c’est retour à l’enfance : on te déculotte, on t’engueule, on te fout au coin, on te fais payer ta connerie et surtout on n’essaie de pas comprendre ce qui t’as amené à déraper pour comprendre ton erreur et t’éviter de recommencer. Ben non ça pourrait t’aider toussa, vaux mieux pas. Bien évidemment ceux qui t’infligent cette misère se sentent forts et supérieurs, et eux ils sont si parfaits blablabla, tu les déteste même plus que ta belle-mère, tu déteste le monde, aux chiottes le véganisme c’est de la merde et t’as envie de disparaitre sous un tas de feuilles . Humides. Bref, ca va pas, et alors que t’as besoin de soutien, les gens creusent ta tombe. Et ça, c’est la pire des choses à faire.
Heureusement, de même qu’il existe l’éducation bienveillante, il existe le véganisme bienveillant. Hors, certains, trop nombreux, croient en Marine LePen ou aux martiens, a la théorie du complot mondial ou croient qu’on est allé sur la lune (ou pas) mais l’altruisme non ça, c’est de la philosophie pour les faibles,  et la tolérance pour eux, c’est comme un MacDonald : même en dernier recours on n’y fout pas les pieds (c’est bien un des seul point sur lequel je suis d’accord avec eux).

Donc, assez radoté, voila l’histoire : alors que je suis dans une situation assez inconfortable dans un resto, l’esprit très embrouillé, physiquement épuisée et mentalement à peu près dans le même état qu’un CD des 2be3 (sur une échelle de cassé à brisé en 1000 morceaux je devais me situer à peu près à inutilisable), le menu sous les yeux mon regard se pose sur ce foutu feuilleté épinards-chèvre. Et là, je sais pas ce qui s’est passé mais je me suis dit merde, au diable les animaux, c’est pas la fin du monde si je mange ce truc. Je l’ai mangé, et comble de l’histoire y’avait même pas assez de chèvre pour que ça soit vraiment bon. Et je savais que je ne recommencerais pas de sitôt. Voila. Fin de l’histoire. Bah oui c’est tout. Est-ce qu’il y a de quoi me traiter de bouffonne irrespectueuse ? D’hypocrite ? De mite nuisible à la cause ? De pute, de lavette, de grosse merde…? Je vous passe la longue liste.

capture-decran-2017-02-02-a-10-10-15

Des fois j’aimerais faire partie de ces végane que la simple odeur de fromage dégoûte, et ça suffit à régler le problème. Mais j’en suis loin. J’ai des moments où certaines choses me dégoûtent comme le saucisson, mais ça ne dure jamais très longtemps. Est-ce que c’est les TCA dûs au trouble borderline, est ce que c’est le trouble directement, est-ce que je suis comme ça naturellement, j’en sais rien, mais c’est comme ça. Malgré les images, les POA ne me dégoûtent pas. Donc face à une envie ou une pulsion, je n’ai que la force mentale et dans quelques rares situations, comme ce soir la au resto, ça ne suffit pas. L’autre soir au resto, ça ne suffisait plus.

Et donc ceci a justifié des insultes, de la moralisation, du jugement, du pointage de doigt, tout ce que vous voulez. Déjà, quand c’est pas à moi que ça arrive je gueule un coup mais là, c’était moi qu’on humiliait pour une erreur dans un contexte difficile où j’aurais plutôt eu besoin de soutien (que j’ai la chance d’avoir eu ensuite, parce que sinon va savoir quelle mouche m’aurait piquée (ALERTE POLICE VEGANE EXPRESSION SPECISTE). Donc forcement, mon clavier doit se taper un énième coup de gueule, et vous aussi. Le clavier je sais pas mais vous, avouez, vous aimez bien, c’est pour ca que vous me suivez sur Twitter, Facebook et Insta (voir les liens tout en bas de la page quoi je peux bien faire ma propre promo dans mon article oui ou bien quoi ?).

J’ai eu plein de messages de merde, mais le pire que j’ai pu lire, ce qui m’a vallu de peter un sacré câble, c’est ça.
« Connasse extrémiste » qui mange du chèvre, tu vas être très très limite niveau crédibilité par contre. Peu importe ce que j’ai vécu et ce que je vivrai à l’avenir, jamais je ne me permettrai un « écart », jamais. On parle pas d’un mec qu’a arrêté le tabac et qui se permet une latte un jour de temps en temps là, on parle d’un écart qui COUTE UNE VIE! Une vie innocente. un écart fait par une « Vegane abolitonniste »???? Putain mais il est beau l’abolitionnisme. Jai la tête en plein dedans en ce moment, dans la souffrance animale, mais directement hein, je ne pourrais t’en dire + surtout ici, mais mangeant ça tous les jours et voyant après des post insta comme le tiens ça me donne juste envie de faire sauter la planète entière en fait, me donne une grosse envie de gerber. « Un moment de faiblesse »….. PUTAIN!!! Mais si seulement tu voyais ce qu’ils vivent de tes propres putains de yeux peut-être que là tu remettrais en question ton petit « moment de faiblesse » et tes hashtags qui sont une honte en dessous d’une photo contenant des produits animaux! Genre j’assume quoi… Pfffffff à vomir. Mais ta raison ooooh grande abolitionniste que tu es, continue de faire payer aux animaux tes problèmes perso, t’as raison. Et affiche le bien sûr internet en mode « miss tolérante ». A GERBER. Quelle blague le veganisme en France putain..

Ce genre de trucs encore quand ça vient d’inconnus, tu peux t’en foutre, ils te connaissent pas et ça te passe vite au dessus de la tête, mais quand ça vient de la part de gens qui savent les nuits blanches que tu passe à taffer sur ton magazine vegane, ou sur le net à discuter avec les gens pour leur ouvrir les yeux, ce manque d’empathie ça détruit le peu de motivation que t’as encore.

« C’est pas aux animaux de payer pour tes problemes persos ». C’est vrai. Mais est ce que quelqu’un s’est demandé si dans cet instant de faiblesse, je ne payais pas moi même pour les autres..?

Apres cette pluie d’injures, au supermarché c’était l’enfer. J’avais envie d’acheter tout le rayon fromage, tout le rayon chorizo et tout le rayon saumon. Les trucs que j’adorais avant. J’avais même des bâtons de surimi en main, l’horreur. Je m sentais hyper mal, coupable, nulle, inutile, hypocrite. Mais Noita, comment tu peux aller dire à des gens d’arrêter de manger de la viande et du fromage si toi une fois tous les 3 ans tu craque, tu vaux pas plus qu’un sac de nouilles chinoises, arrêtes tout ça. J’entendais les injures des gens et j’y croyais presque, je me sentais tellement mal que j’avais envie de tout laisser tomber, ne penser plus qu’à moi. Apres tout pourquoi se battre, se priver, ça ne sert a rien : le combat avance trop peu vite, l’humanité crèvera avant d’avoir libéré les animaux, pis tu te fais insulter par tout le monde.

Et c’est surement à peu près comme ça qu’on se sent tous quand d’une part on fait quelque chose qu’on regrette et qu’en plus on se fait accabler de partout. Est-ce qu’on mérite ça ? Est-ce qu’accabler les gens, ça les aide à ne plu recommencer ou est-ce qu’au contraire ca les pousse à recommencer, les affaibli encore plus, les mène a encore plus d’écarts  ? Si un écart, effectivement, c’est mal, ce n’est pas non plus la fin du monde.

J’ai mis tous ces trucs cités avant dans mon panier et je ne sais par quel miracle, avant d’aller à la caisse j’ai tout reposé, d’un coup j’ai repensé à un truc que j’ai entendu. Le must de l’histoire, c’est que c’est la même personne qui m’a foutu à terre avec son discours puant, qui m’a fait remettre ces saloperies en rayon parce que ce sont ses mots qui sont arrivés jusqu’à mon cerveau cramé. Sur le coup, je l’ai détesté encore plus.

Il y a quelque part une limite entre laisser passer sans rien dire des écarts qui auraient pu ne pas avoir lieu, et accabler violemment des gens qui n’en font quasi jamais. Il y a une différence entre quelqu’un qui se sert de la tolérance comme une excuse pour sauter sur du reblochon dès l’automne installé (alors qu’il est meilleur en été, mais bon, question de gout…) et quelqu’un qui s’en sert pour apaiser les gens qui se sentent mal parce qu’ils regrettent amèrement leur action. Et puis , ce n’est pas pas parce que vous l’acceptez de moi, ou de quelqu’un d’autre,  que vous allez craquer aussi. Ce n’est pas parce que soutenez quelqu’un qui a fait un écart ou qui est encore végétarien que vous êtes faible.

Si je ne m’étais pas autant faite accabler, au supermarché j’aurais fait de gros fuck au saumon au lieu de le foutre dans mon panier. Je me serais sentie forte, soutenue. Si on m’avait rappelé pourquoi je fais tout ça, j’aurais même pas capté le fromage. Moi, j’ai pu le poser mais combien n’ont pas ou plus assez de force mentale et craquent encore, et encore et encore ? Et vous osez les blâmer, alors que c’est un peu de votre faute, ces autres écarts.

A un moment il faut arrêter de ne voir que les animaux et penser aussi à la complexité humaine. Se rappeler qu’on n’st pas des machines et que de toute façon même les machines se plantent.  Depuis le resto, j’ai repensé à ce qui s’est passé, pourquoi j’ai fait ça, mais j’aurais pu le faire beaucoup plus vite et sans verser des litres de larmes. On est déjà si peu, alors pourquoi se tirer dans les pattes à la moindre occasion… ?

Voila. Alors je ne vous cache pas qu’à cause de ma situation personnelle actuelle qui est catastrophique, j’ai pas encore retrouvé le sourire, ni beaucoup de motivation, mais je les ai toujours au bout des lèvres, et quoi qu’il m’arrive, j’espère que je garderais toujours ces mots à la bouche : empathie, altruisme, tolérance.

Des Kiss et du love,

Noita.

 

 

Publicités

Noita, 30 ans, végane, borderline et fumeuse de weed.

Tant qu’à devoir redémarrer le blog à zéro, autant le faire bien et le faire franchement.
J’en ai un peu marre d’être sans cesse coincée dans moi meme, comme si mon corps était trop serré pour supporter mon âme trop large, et d’avoir constement le cul entre deux chaises c’est fatiguant. Aujourd’hui j’ai 30 piges, il est 9h15 du matin et je suis assise sans un des canapés de la bibliothèque de médecine de l’université de Munich, déjà une bonne dose de weed dans le sang. Je vais vous expliquer pourquoi tout de suite.

BORDERLINE

La vie n’est simple pour personne et en ce qui me concerne, les emmerdes ont commencé bébé. Certaines études récentes disent que l’on nait avec les traumatismes de nos parents, qui sont « mémorisés » ou « gravés » dans l’ADN. Entre les guerres mondiales et autres que ce sont tapés mes ancêtres et l’histoire de ma famille dont la majorité des membres sont dépressifs, bipolaires, alcooliques, pervers narcissiques ou juste cons, je suis quasi sure d’être née avec un joli pet au casque et la suite n’a pas du arranger les choses. D’après un psy qui m’a aidée il y a deux ans, je suis borderline depuis l’âge de 4 ans et émotionnellement coincée à cet âge là. J’ai subi ce truc sans savoir ce que c’était pendant 28 putain d’années. Je sentais bien qu’un truc allait pas avec moi, que j’étais parfois « bizarre ». J’ai jamais vraiment agis ou pensé comme les autres, ou alors je sentais que ça me plaisait pas. Ce trouble mental m’empêche d’avoir une vie sociale normale, de garder un boulot (sauf si c’est moi la patronne), a foutu un peu la merde a tous les plans de ma vie, mais je suis pas loin de le foutre KO. A 10 ans je me disais qu’à 20 ans ça ira mieux, à 20 ans je me disais qu’à 30 ans ça ira mieux et maintenant, à 30 ans, je me suis que c’est à moi, et pas au temps,  de faire en sorte que ça aille mieux. J’ai compris ça il y a un an. Je n’ai pas trouvé de solutions à tout mais grosso modo, il y a du mieux, et même si les prochains mois vont être encore compliqués,les choses vont aller en s’arrangeant. Et au pire, il paraît que vers 40 ans, les symptômes se dissipent.
Un dernier mot sur le trouble de la personnalité limite : ceux qui me suivent depuis un bout de temps ont peut être remarqué des humeurs changeantes. Quelques semaines je vais être calme, joyeuse. Sur Twitter j’encourage les végétariens et milite activement pour le véganisme, j’essaie de raisonner les plus violents véganes en leur expliquant que ça sert à rien. Puis pendant les semaines semaines suivantes, je suis moi même violente dans mes propos, je vais aller chercher le clash chez les carnistes ou les chasseurs. Et parfois je disparais pendant quelques jours. C’est normal. Ca fait maintenant 6 mois que « je me cherche », que je lis plein de choses pour savoir « quel type de végane je suis », et puis, fatiguée d’essayer de me fixer sur un seul « comportement type », j’ai décidé d’accepter les 2 cotés. Tans pis si pour certains du coup, l’image me concernant est un peu trouble. Les « elle sait pas ce qu’elle veut celle là », j’en ai entendu 10 mille, et j’en entendrais encore longtemps. Mais fuck.
VEGANE
On va la faire short parce qu’il n’y a pas grand chose à dire. 2 ans végétarienne, et maintenant végane depuis un an, à la tête d’une équipe de 25 personnes qui se démènent pour sortir Le Tofu Te Parle tous les 3 mois. J’ai découvert et découvre encore chaque jour des pratiques barbares, des traditions ancestrales qui n’ont plus aucun sens ou des violences gratuites, mais la véganie se serre les coudes et j’ai découvert un univers qui, s’il en prend un peu plein la gueule à cause de son image, elle même ruée de coup à cause d’une communication catastrophique, est tout de même chaque jour de plus en plus fort et surtout, est humain. Enfin quand les VVV viennent pas nous casser les couilles.
FUMEUSE DE WEED
L’herbe, et les plantes en général, ce n’est pas du tout ce que vous croyez, mais on en reparlera plus tard. Je voulais juste vous dire que j’ai décidé que cette année, j’allais un peu plus oser vous parler de cannabis, sujet sur lequel en France, y’a (comme pour le véganisme en fait), 20 ans de retard. Ce n’est pas une drogue et je sais que vous allez me dire que vous avez vu ou connaissez quelqu’un qui a vu les ravages de cette plante sur 50 ans. Je vous crois. Mais je vous expliquerais en quoi c’est la faute à la psychologie, pas à l’herbe. Et je vous parlerais un peu plus souvent de plantes et huiles essentielles. Parce que la quand même on est en 2017,  faudrait arrêter d’associer les principes actifs des plantes a de la sorcellerie et se repencher un peu sur ses cours de chimie. C’est pas compliqué de comprendre qu’on nous ment sur tout, de comment on fait du lait aux femmes qui ne peuvent pas allaiter, de l’importance de la libre pensée à la fabrication de l’huile de palme ou d’un meuble Ikea, de maladies qui n’existent pas à celles qu’on nous cache, et surtout sur ce qui pourrait soigner/rendre notre vie meilleure.
Si la weed était dangereuse et que ca pouvait creuser encore un peu plus le trou de la sécu, croyez moi, elle serait aussi légale que cette saloperie de tabac.
TCHAO LES ETIQUETTES (à part sur ma boite aux lettre pour pas recevoir les pubs, j’en veut pas)(rassurez-vous je prend les stickers, quand même, je suis pas une extrémiste hein), je suis pas tout à fait comme tout le monde à cause de ce trouble mental et de part les choix que j’ai fait. Et tant mieux. Si on me proposait une vie plus calme et pleine de l’amour dont j’ai manqué mais que le prix à payer serait de ne plus être moi, je refuserais.
Et donc, me voila ce mercredi matin dans le canapé de la bibli, après 2 mois catastrophiques à tous les niveau,fatiguée physiquement et mentalement, une migraine qui dure depuis hier soir. Mais il faut que je me reprenne en main avant de sombrer totalement. J’ai fumé un peu d’herbe, j’ai allumé l’ordi, et avant de taffer j’écris ce billet.
Voila. Merci d’avoir prit le temps de lire. Merci à tous ceux qui ont été la pendant ces quelques semaines pénibles et/ou qui m’ont laissé des messages de soutiens ou qui le feront  encore plus tard. Vous êtes des amours.
Je vous retrouve plus tard dans la semaine avec le 1er vrai article du blog. Ca parlera de tolérance. Un peu comme faisait Noita avant. J’ai beaucoup changé en deux mois mais ça, ca ne changera pas. La tolérance est vue comme une faiblesse, moi je dis que c’est un peu l’ingrédient magique qu’il manque à notre vie pour qu’elle soit plus belle, et plus légère. J’ai pas l’habitude de m’attaquer à des gens mais les VVV et la police végane vont morfler sévère.
Des kiss et du love,
Noita

.